Par Yves-Pascal Gayet

110 de 59 objets

[Esaïe 65-66] – Message de clôture

par

Qu’est-ce que l’Enfer ? Auriez-vous une définition ? Bien que ce soit une réalité affirmée de l’Écriture dans le futur, plusieurs le vivent bel et bien dans le présent. Dans un message de clôture, nous sommes invités à reprendre conscience que nos actions maintenant on un impact éternel. Toutefois il a un espoir, une nouvelle création qui attend ceux et celles qui espèrent que la justice du royaume de Dieu s’installe.

[Esaïe 63-65] – Je suis là, et toi… où es-tu ?

par

Dieu n’est jamais bien loin, bien que lorsque nous faisons la sourde oreille sa voix se fait lointaine. Nous plaignons-nous de ne plus sentir Dieu ou l’entendre ? Peut-être faut-il penser à se retourner (se repentir), le chemin de retour n’est peut-être pas si long.

[Esaïe 58] – Vivre dans l’abstinence

par

Faire des absentions ou vivre dans l’abstinence. La différence est fondamentale pour notre vie. Au travers de la discipline du jeûne nous voyons comment cette pratique peut être réellement pertinente et transformatrice si l’intention est bien saisie, mais aussi totalement inutile lorsque ce n’est pas le cas.

Rechercher une vraie contrition

par

Avez-vous récemment pleuré ? Il est important de rechercher une vraie contrition régulièrement. Se regarder devant Dieu et considérer combien nous avons été pardonné et aimé. C’est la clé pour que l’amour se développe en nous pour Dieu et les autres et qu’à notre tour nous puissions offrir le pardon.

[Esaïe 45-55] – les dommages collatéraux…

par

…..et la guérison dans la confession.
Nos actions ont des conséquences. Dans les meurtrissures de Jésus, le serviteur souffrant, nous trouvons la guérison (Esaïe 52:13-15 ; 53:1-12). Lorsque nous confessons notre part dans l’oppression et reconnaissons notre implications dans la mort de Jésus, véritable incarnation des victimes d’injustices, alors un processus de guérison peut commencer. Ce sera un chemin de croix pour changer, mais l’héritage qui procède de la souffrance c’est la justice et la paix qui viennent de Dieu.

Esaïe 44-45 – Je ne t’oublierai pas !

par

Nous appartenons à Dieu. Dans la bienveillance de notre père qui ne nous abandonnera jamais, laissons lui tout contrôle sur nos désirs, laissons lui nos vengeances. Il était là avant nous, il sera là après. Laissons notre présent être relu sous un nouvel angle, à la lumière du passé ; du nôtre mais aussi celui des témoins qui nous ont précédé. Là est la clé de la paix.