Livre Biblique

110 de 28 objets

[Esaïe 63-65] – Je suis là, et toi… où es-tu ?

par

Dieu n’est jamais bien loin, bien que lorsque nous faisons la sourde oreille sa voix se fait lointaine. Nous plaignons-nous de ne plus sentir Dieu ou l’entendre ? Peut-être faut-il penser à se retourner (se repentir), le chemin de retour n’est peut-être pas si long.

[2 Corinthiens 5:19] – Le but de la réconciliation

par

Texte : 2 Corinthiens 5:19 ; Luc 15:11-32
Pourquoi Dieu nous a réconcilié avec lui ? Afin que nous puissions régner avec Christ et agir en son nom. Pour cela nous devons quitter une mentalité contractuelle et chérir la loi du Dieu de l’alliance comme moyen d’aimer notre prochain : être de vrai agent de réconciliation.

2 Corinthiens 4:1-18 – Du sens à nos souffrances

par

Paul savait qu’embrasser la souffrance injuste causée par ses ennemis mais aussi accepter ses propres faiblesses seraient le creuset depuis lequel la puissance de Dieu et la vie pourraient être manifestées pour le bénéfice des autres. La folie de ce message de la croix peut devenir sagesse pour ceux et celles qui reçoivent la lumière de la gloire de l’Évangile (2 Co 4:5). Paul par son exemple jette la lumière sur les Corinthiens. Auront-ils étaient touchés, le serons-nous ?

2 Corinthiens 2:5-11 – Ne pas laisser l’avantage à Satan

par

Grâce, pardon, amour sont les clés de la victoire du Christ dans nos vies. La tristesse excessive de la culpabilité conduit au désespoir, à la victimisation à la mort. Cela est le projet malicieux de Satan, nous ne devons pas tomber dans le piège. Pardonnons-nous, pardonnons ceux qui nous offensent.

[Esaïe 58] – Vivre dans l’abstinence

par

Faire des absentions ou vivre dans l’abstinence. La différence est fondamentale pour notre vie. Au travers de la discipline du jeûne nous voyons comment cette pratique peut être réellement pertinente et transformatrice si l’intention est bien saisie, mais aussi totalement inutile lorsque ce n’est pas le cas.

[Esaïe 45-55] – les dommages collatéraux…

par

…..et la guérison dans la confession.
Nos actions ont des conséquences. Dans les meurtrissures de Jésus, le serviteur souffrant, nous trouvons la guérison (Esaïe 52:13-15 ; 53:1-12). Lorsque nous confessons notre part dans l’oppression et reconnaissons notre implications dans la mort de Jésus, véritable incarnation des victimes d’injustices, alors un processus de guérison peut commencer. Ce sera un chemin de croix pour changer, mais l’héritage qui procède de la souffrance c’est la justice et la paix qui viennent de Dieu.