Texte : 2 Corinthiens 4:1-18

La souffrance est le lot de tous les êtres humains. S’il y a un point commun, croyant ou non, c’est bien celui-là. Nul ne peut dire qu’il n’a jamais connu la souffrance de l’existence humaine. La souffrance fait poser des questions, d’ailleurs le plus souvent nous cherchons à l’éviter. Pourtant l’apôtre Paul en a une autre expérience, il témoignera aux Corinthiens que « la mort agit en nous, et la vie agit en vous. » (2 Co 4:12) Une parole troublante, mais qui contient une vérité incroyable : lorsque nos souffrances trouvent un sens qui nous dépasse, alors la réalité devient plus supportable et le désespoir peut reculer (2 Co 4:1;16). Paul savait qu’embrasser la souffrance injuste causée par ses ennemis mais aussi accepter ses propres faiblesses seraient le creuset depuis lequel la puissance de Dieu et la vie pourraient être manifestées pour le bénéfice des autres. Un mystère sur lequel il s’était déjà exprimé dans la première lettre aux Corinthiens. La folie de ce message de la croix peut devenir sagesse pour ceux et celles qui reçoivent la lumière de la gloire de l’Évangile (2 Co 4:5). Paul par son exemple jette la lumière sur les Corinthiens. Auront-ils étaient touchés, le serons-nous ?