La volonté (4/4) | La force des disciplines

La volonté (4/4) | La force des disciplines

Exhortation

Lorsque notre volonté capitule, ou tout du moins la volonté de la vieille nature pour être précis (voir défi 3/4), nous affrontons notre caractère naturel dont la position par défaut est d’opposer chaque élément de notre être à Dieu. Nous devons nous dépêtrer de cette tendance et rediriger tous nos efforts vers l’accomplissement de la volonté de Dieu en tout, qui se trouve être au final ce que nous voulons vraiment dans notre nouvelle nature, sans nous laisser distraire par qui ou quoi que ce soit.

Sortir de cette opposition nous permet de surmonter la duplicité (voir défi 2/4). Celui ou celle qui désire réellement aligner sa volonté à celle de Dieu commence par la volonté révélée de Dieu. Par exemple, nous savons que Dieu rejette la ruse (agir sournoisement) et la malice. Dès lors, il nous faut nous résoudre dès aujourd’hui à ne pas induire les gens en erreur et à ne jamais prononcer des paroles dans le seul but de blesser. Peut-être cela vous semble-t-il peu comparé à « faire la volonté de Dieu », et pourtant le mensonge et la malice sont des péchés fondamentaux à l’origine de bien d’autres travers, tels que les disputes familiales et les conflits sociaux.

Mais comment mettre au jour la duplicité et la malice enfouies au plus profond de notre volonté et de notre caractère en vue de l’affronter ? C’est là qu’interviennent les disciplines spirituelles, par exemple la solitude (être seul(e) avec Dieu pendant de longs moments), le jeûne (apprendre à nous affranchir de la nourriture et découvrir comment Dieu nous nourrit autrement), la louange (l’adoration de Dieu) et le service (faire du bien aux autres sans penser à nous-mêmes).

Les disciplines déroulent le tapis rouge qui permettra à la Parole et à l’Esprit de Dieu de faire leur œuvre en nous. Elles font en sorte de mettre en lumière nos sentiments destructeurs (souvent dissimulés par des excuses ou des pratiques communément acceptées) et de les affronter avec notre volonté. En règle générale, ces sentiments sont recouverts par plusieurs couches d’autotromperie et de rationalisation. Ils rendent la volonté captive, ce qui oblige l’esprit à cacher et à rationaliser ce qui se passe réellement. Votre esprit ne sera vraiment capable de « vous parler » que lorsque vous vous serez pleinement privé de vos désirs (par exemple, la solitude vous prive de la compagnie d’autres personnes ; le jeûne vous prive de nourriture ; le silence fait souvent apparaitre l’ennui qu’il est nécéssaire d’apprendre à embrasser plutôt que de le chasser par le divertissement).

En pratiquant la solitude et le service, nous risquons de découvrir que notre manière de « juger justement » les autres est en réalité un moyen de les diminuer et de nous élever. Notre hyperactivité pourrait se révéler être une incapacité à nous confier en Dieu ou un refus de donner à l’autre une chance de participer. Notre rapidité à partager nos opinions pourrait en fait refléter un mépris pour les pensées et les paroles d’autrui ou simplement l’envie de les faire taire.

Les disciplines offrent un cadre dans lequel nous pouvons reprogrammer nos pensées, nos sentiments et notre volonté. Nous nous découvrons tel que nous sommes réellement et le jeu de la duplicité se termine petit à petit, non sans souffrances.

Témoignage de Jan Johnson :

Dans l’une de mes disciplines de service par exemple, je suis bénévole dans un centre de dépôt de linge pour les sans-abris . Lorsque j’ai commencé, j’avais vraiment un cœur pour ces personnes. Or, pendant mes temps de solitude avec Dieu, j’ai remarqué que je n’avais pas toujours une bonne attitude avec certains clients : je les dépassais, je les interrompais, il m’arrivait même de leur parler avec un ton hautain. Il m’a fallu confesser tout cela. J’ai compris que je devais apprendre la compassion aux pieds de Jésus et c’est ainsi que j’ai commencé à étudier et à méditer des passages de l’Evangile auxquels je n’avais pas vraiment prêté attention jusque là.

En servant, j’ai appris à refléter la présence de Dieu en pliant des serviettes et en remplissant les machines à laver et les séchoirs à linge. J’ai appris à écouter ceux et celles qui râlaient ou se plaignaient et à prier pour eux. En développant mes liens fraternels avec les autres bénévoles, j’ai été immergée dans un environnement de compassion et de ténacité. Je me réjouis avec Dieu lorsque quelqu’un arrive à conserver son emploi, trouve un appartement décent ou se défait d’une mauvaise habitude. Je m’associe à Dieu en pleurant la mort de sans-abris ou la naissance de bébés nés accros à la drogue. La discipline de service est couplée avec la discipline de secret. La plupart des gens que je sers n’ont aucune idée de ma profession, ils ne savent même pas si j’ai un « vrai travail ». Au sein de la classe moyenne, beaucoup pensent que le bénévolat est une perte de temps ; pour les chrétiens, ils pensent secrètement que c’est le cas lorsqu’il ne s’agit pas d’une organisation chrétienne. Il n’y a aucune gloire à laver des vêtements.

Et pourtant, ce centre, c’est là où je rencontre Jésus lorsqu’Il m’encourage à aimer la personne en face de moi. Il n’y a pas d’autre endroit sur terre où je me donne plus que là.

Entraînement

Vers quelle disciple Dieu vous dirige-t-il ? Solitude, silence, communauté, prière, confession, secret, frugalité, jeûne, étude, méditation, adoration, célébration ? Il se peut que Dieu vous encourage à les pratiquer différemment d’autres chrétiens. Demandez-lui de vous révéler ce qu’Il a prévu pour vous.

Pour les deux prochaines semaines, préparez un programme de disciplines qui se déroulera dans la période de l’Avent (28 novembre 2021 – 24 décembre 2021). Conseils : donnez-vous un défi formel chaque semaine en sélectionnant une discipline d’engagement et une discipline de renoncement et appliquez vos efforts à cela. Une combinaison classique jeûne (renoncement) et prière (engagement). Ou encore frugalité (renoncement) et aumône (renoncement et engagement). Alterner silence (renoncement) et célébration (engagement). La clé de toute cette approche est l’intentionnalité d’intégrer cela dans le quotidien avec tous les moyens et astuces nécessaires pour tenir la discipline plusieurs jours. Le but est d’expérimenter que la seule chose que nous pouvons faire est de nous mettre dans la bonne position (discipline) pour que Dieu puisse travailler en nous. Ce n’est pas nous qui nous changeons, c’est impossible. Il faut retourner à l’ingénieur suprême pour réparation. A l’approche de Noël, prenez un temps de reconnaissance pour ce que Dieu aura opéré dans vos vies lorsque vous aurez orienté votre volonté pour discipliner vos vies. On parlera de nos découvertes en cours de route mais surtout début 2022 avant de commencer le module sur le corps.