Le problème de la transformation spirituelle au sein de ceux qui s’affichent chrétiens aujourd’hui n’est pas le fait que ce soit impossible ou qu’ils manquent de moyens. Non, le problème est un manque d’intention. Plusieurs ne voient pas l’importance de la transformation et ils continuent leur vie. Ils ne s’engagent pas à faire ce que Jésus a fait ni à obéir à ses paroles. Cela est en grande partie dû au fait qu’on ne leur a jamais fait réfléchir à une vision de la vie dans le Royaume de Dieu. Si tel était le cas, la conviction et l’intention suivraient. Vivre la vie de Christ requiert de penser en VIM (Vision-Intention-Moyens). Or, on constate que les responsables d’églises n’abordent pas toujours les choses de cette manière. La vision de la vie dans le Royaume par la foi en Jésus nous permet d’avoir l’intention de vivre dans ce Royaume à l’instar du Seigneur. C’est une décision qui nous revient. On commence par lui faire confiance, on le considère comme l’Oint, le Christ. On décide de suivre l’exemple de Jésus et d’obéir à ses enseignements. C’est à ça que ressemble la confiance en Dieu.

Se confier en Christ, c’est bien plus que croire certaines choses à son sujet. En outre, avoir toutes les « bonnes réponses » n’implique pas pour autant que nous y « croyions ». Y croire, c’est décider que nos actes reflètent ces « bonnes réponses » comme des vérités. Peut-être que la plus grande difficulté pour un chrétien sincère est de considérer combien son incrédulité est grande. Un scepticisme inavoué sur la personne de Jésus qui influence toutes les sphères de sa vie et qui mine tous ses efforts pour devenir à l’image de Christ.

Le changement est rarement le fruit d’un accident, d’une dérive ou d’une obligation. Il s’agit au contraire de faire un choix. Imaginez une personne qui se demanderait tous les jours si elle parle enfin arabe alors qu’elle n’a jamais eu l’intention d’apprendre cette langue en mettant en place les moyens adéquats. Ridicule, n’est-ce pas ? Pourtant, beaucoup de gens abordent la transformation spirituelle de cette manière.

Il existe dans notre culture un certain fatalisme qui nous convainc qu’il est impossible de changer de l’intérieur. On dit des choses comme : « Je suis comme ça, c’est tout. » On s’oblige même – et on oblige les autres – à nous accepter comme tels, et à ne pas en rajouter. 

Or, si nous reconnaissons et acceptons que notre situation actuelle n’est qu’un point de départ, une importante étape préliminaire, il y a de l’espoir ! Maintenant que je sais qui je suis vraiment (par exemple : paresseux, d’humeur changeante, prétentieux…), que vais-je faire ? Comment avancer ? Il faut poser ces questions à Dieu, et peut-être aussi à un ami ou quelqu’un qui pourrait nous superviser dans la croissance spirituelle. Dieu nous montrera sans aucun doute la direction à suivre : des petites idées de génie qui nous changeront de l’intérieur.

Défi pratique

Travailler sérieusement sur ses intentions prend beaucoup de temps. On doit se poser plusieurs questions et se projeter. 
Ce travail de l’intention doit être régulièrement mené, on se propose de rester sur ce sujet pour les 40 prochains jours (fin : dimanche 8 novembre).

Ce travail ne sera efficace que si les exercices de rédaction sont réalisés avec sérieux. Ils sont peut-être exigeants et apeurants mais le fruit en sera profitable, vous en êtes capable. Ces écrits sont pour vous et n’ont pas pour but d’être partagés, à moins que vous le souhaitiez. Conseil : rédigez-les à la main. 

Travail sur les blocages ( Semaine 1 )

Méditez sur ces blocages courants qui empêchent d’avancer dans la formation spirituelle :

  • L’absence d’une vision correcte de la vie dans le Royaume de Dieu. (Reprendre les défis 18/1-18/5)
  • Le manque d’étude des paroles et des actes de Jésus et l’absence du désir de vouloir les reproduire. (Reprendre les défi 1 à 17)
  • Le manque de confiance en Jésus, même si vous aimeriez que ce soit le cas.
  • La croyance qu’il suffit de connaître les bonnes doctrines.
  • Les doutes sur la personne de Jésus lorsqu’il a vécu sur terre. Peut-être vous demandez-vous si sa manière d’agir était vraiment appropriée. En particulier, quand vous parcourez le sermon sur la montagne (Mt 5-7), vous cherchez tous les cas particuliers pour lesquels les choses qu’il a enseignées ne sont pas applicables, ni même éthiques. Par exemple, vous pensez qu’il est justifié de mentir (petit mensonge) ou de manipuler les gens par le pouvoir des mots (jurer, etc.) pour éviter les problèmes ou pousser les personnes à vous faire confiance.
  • L’influence de la culture populaire qui pousse à s’accepter tel que nous sommes et refuse de croire qu’il est possible de réellement changer sa nature profonde. Aussi, le message de vous renier vous-même vous semble incompatible avec la culture (et vous auriez raison) et l’embrasser vous plongerait dans l’insécurité.

Si l’une de ces propositions décrit en partie votre état d’esprit ou si vous en voyez d’autres, faites en part à Dieu dans une prière écrite. Rédigez 125 mots.

Travail de projection ( Semaine 2-5 )

Il est possible d’utiliser ses souvenirs et son imagination pour se projeter dans le passé et le futur. Le but de l’exercice est de démarrer une discussion profonde avec son passé et ses potentiels futurs pour se préparer à faire bouger son présent

  • Projection dans le passé : Vous pouvez commencer l’exercice en vous adressant à votre « vous » du passé. Si vous pouviez revenir il y a 10 ans dans le passé et vous donner des conseils pour vous encourager à la croissance spirituelle en Christ, que vous diriez-vous ? Il est possible que vous ne marchiez pas encore avec Dieu il y a 10 ans ou que vous n’aviez pas encore saisi ce que vous avez compris maintenant.
    1. Arrêtez-vous un moment et célébrez ce qui s’est déjà passé en vous depuis ce temps. Formulez par écrit une prière de reconnaissance. Rédigez 125 mots.
    2. Comment vous aborderiez-vous pour vous parler de la bonne nouvelle de l’accès au Royaume de Dieu par Jésus et la vie abondante qui en découle ? Rédigez 250 mots.
  • Projection dans le futur : Imaginez que vous puissiez aller voir votre futur dans 10 ans, basé sur ce qui se passe maintenant dans votre présent. Pour l’exercice ci-dessous, pensez en terme de vie de couple, de famille, d’amitiés, de travail, d’influence dans le monde, etc…
    1. Basé sur vos pires traits de caractères aujourd’hui, imaginez le futur le plus dramatique possible. Dramatique, non pas uniquement à cause d’évènements qui pourraient vous arriver, mais dramatique par la réponse charnelle de votre caractère face à ces bonheurs ou ces malheurs. Rédigez 250 mots.
    2. Basé sur vos meilleurs traits de caractères aujourd’hui, imaginez le futur le plus radieux possible. Radieux, non pas grâce aux évènements qui pourraient vous arriver, mais radieux par la réponse spirituelle de votre caractère face à ces bonheurs ou ces malheurs. Rédigez 250 mots.

Travail de résolution (Semaine 6)

Basé sur les deux sections précédentes, formez une résolution, c’est-à-dire :

 « La formulation d’une intention de chercher et mettre en place les moyens qui me permettront d’atteindre la vision d’être un enfant de la lumière. » 

Cette section sera complétée au cours des prochaines semaines.

Lectures proposées :

  • Matthieu 16.24-27
  • Luc 14.25-33
  • Philippiens 3.7-8
  • 1 Pierre 4.1-3
  • 2 Timothée 2.20-21
  • Galates 5.16-24 (mémorisation)

Présentation