La croissance spirituelle progresse à partir du fondement suivant : « la divine puissance [de Dieu] qui nous a donné tout ce qui est nécessaire à la vie et à la piété » (2 Pi. 1.3). Ses « grandes et précieuses promesses » font en sorte que nous « devenions participants de la nature divine » en fuyant « la corruption qui existe dans le monde par la convoitise » (1.4).

Cette fuite est possible lorsque nous faisons tous nos efforts (1.5) en ajoutant les choses suivantes à notre confiance en Christ (2 Pi 1.5-7) :

  • La qualité morale (vertu) : s’entrainer à faire ce qui est bon et juste.
  • La connaissance : comprendre en quoi cela est réellement bon et juste.
  • La maîtrise de soi : développer la capacité à réaliser ses intentions et à ne pas se laisser démonter par les évènements. Que ceux-ci proviennent de l’extérieur (agressivité du prochain, déstabilisation du contexte social, …) ou de l’intérieur (pensées, émotions, corps…)
  • La persévérance (l’endurance, la patience) : démontrer la capacité à garder le cap sur le long terme, quels que soient les sentiments du moment.
  • La piété : développer un respect plus profond pour Dieu et s’encrer en lui par la mise en place de  nouvelles habitudes.
  • L’amitié fraternelle (douceur et souci de l’autre tel que manifestés parmi les frères et les amis proches) : considérer la communauté comme une famille et agir en sa faveur ; réfléchir à la portée de ces actions au sein de ce monde blessé. Cette amitié qui dépasse les barrières humaines n’est possible que par la bonté et la force de la piété.
  • L’amour « agapé » : offrir aux autres, ennemis compris, le genre d’amour qui caractérise Dieu et qui est décrit en détail dans le récit de la Croix ou en 1 Corinthiens 13.1-13. Nous ne devons pas aimer seulement comme une famille, mais avec les mêmes sentiments que Lui (Jn 13.34).

Si nous faisons tout cela, nous ne « trébucherons jamais » et « l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera largement accordée » (2 Pie 1.10-11)

L’erreur que font souvent les croyants est de croire qu’ils doivent réaliser toutes ces belles choses sans voir la connexion qu’il y a avec la transformation à l’image de Christ. Pour que cela prenne place il faut devenir le genre de personne qui ont appris à aimer Dieu de tout leur cœur, leur âme, leur pensée et leur force, dans tous les domaines de leur vie. En fait, on pense même souvent que la liste des qualités susmentionnées s’applique à ceux qui errent loin de Dieu. Or, chez celui qui n’est pas transformé de l’intérieur dans chaque dimension spirituelle (volonté, pensées et émotions, corps, sociale, âme) le mal et le péché n’ont pas complètement perdu de leur attrait. Le péché semble au contraire stupide, ridicule et repoussant à celui qui a été purifié par Christ et qui voit la règle de Dieu comme un beau cadeau divin, comme une vérité précieuse dévoilant ce qui est bon et juste.

La liste de 2 Pierre peut sembler irréalisable si nous la ramenons à nous. C’est ce que nous faisons lorsque nous « essayons » d’y répondre plutôt qu’en nous « entraînant » à la réaliser. Lorsque nous « essayons », tous nos efforts pointent vers nous. Nous nous reprocherons tout échec, et  nous serons satisfaits de nous-mêmes pour chaque victoire. Or, étant donné que toutes les dimensions de nos vies sont formées par l’Esprit par le biais des disciplines spirituelles, nous pouvons de plus en plus nous connecter à Dieu pendant la journée. La vie spirituelle reste alors centrée sur Dieu. Il ne s’agit plus de nous.

Défi pratique

  • Méditez sur cette progression/construction de l’enfant de la lumière : de la qualité morale à la connaissance à la maîtrise de soi à la persévérance à la piété à l’amitié fraternelle à l’amour.
  • Continuez à construire votre Vision de la personne que vous souhaitez devenir en intégrant cette chaine de progression dans votre réflexion. Ce qui se trouve à la fin de cette progression résume l’essence même du caractère de Jésus. Quel est-il ? Est-ce bien cette objectif qui se trouve au cœur de votre Vision ?

Lecture proposé

  • 1 Corinthiens 13:1-13
  • Colossiens 3:1-17 (mémorisation)