« Conduisez-vous comme des enfants de la lumière. Le fruit de l’Esprit consiste en effet dans toute forme de bonté, de justice et de vérité. Discernez ce qui est agréable au Seigneur. » (Ep. 5.8-10) Ce qui distingue les enfants de la lumière du reste du monde est « à l’intérieur ». La semaine passée, nous avons vu les choses qui se passent au niveau de la pensée et des émotions. Cette semaine, nous regardons à la volonté, au corps, aux relations sociales et à l’âme.

Au niveau de la volonté (aussi appelée esprit ou cœur) :
Les enfants de la lumière n’hésitent pas à faire ce qu’ils savent être bon et juste. Ils ne pensent pas d’abord à eux ou à leurs envies ; ils s’inquiètent vraiment très peu de ce que les choses se déroulent comme ils l’entendent. « Avec humilité considérez les autres comme supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de regarder à ses propres intérêts, regarde aussi à ceux des autres » (Ph. 2.3-4). Ils s’abandonnent à la volonté de Dieu et ne s’attardent pas sur la nécessité ou non de recourir à ce qu’ils savent être mauvais.

Au niveau du corps :
Les enfants de la lumière ont entraîné leur corps à réagir automatiquement en accomplissant ce qui est juste et bon. Ils ont renouvelé les automatismes malheureux de leur langue, leurs expressions faciales et leurs mains. Ils évitent les chemins de la tentation. Même leur corps est différent. Ils dégagent une fraîcheur, un genre de force tranquille, une transparence. Ils sont reposés et réjouis dans une forme physique qui leur vient de Dieu.

Au niveau des relations sociales :
Les enfants de la lumière sont entièrement transparents. Etant donné qu’ils marchent dans la bonté, leurs contacts avec autrui sont vrais, surtout vis-à-vis des autres apprentis de Jésus. Ils ne cachent pas leurs pensées et leurs sentiments, ils ne cherchent pas à manipuler et à contrôler les autres. S’ils ne participent pas au mal, ils ne condamnent pas pour autant leurs prochains.

Au niveau de l’âme :
Chez les enfants de la lumière, tous les traits recensés ci-dessus ne sont pas superficiels. Ils sont profonds et ne demandent aucun effort. Ils coulent naturellement. Lorsque les enfants de la lumière se retrouvent dans l’erreur, ils ne se défendent pas. Ils sont reconnaissants que leur faute ait été mise au jour (Pr. 9.8). Et lorsqu’ils sont accusés faussement, ils disent uniquement ce qui est nécessaire pour éviter que le bien soit mal interprété. La pleine signification d’être justifié par la grâce seule a pénétré chaque atome de leur être.

Tel est le résultat de la formation spirituelle à l’image de Christ.

Il est facile de discuter avec les enfants de la lumière. Il est inutile d’essayer de se méfier de leurs manigances ou d’un rôle qu’ils pourraient jouer, car Ils n’essaient jamais de manipuler les autres. Mieux, ils ne jugent pas. Il n’est pas nécessaire de s’excuser en leur précisant : « Je ne voudrais pas vous donner l’impression que… » ou « Je ne voudrais pas que vous pensiez que… ». Cela ne sert à rien parce qu’ils ont arrêté de se former des opinions sur les autres. Plus besoin de ruminer sur ce qu’ils pourraient penser de nous ! Leur transparence nous empêche de nous imaginer un agenda caché, parce qu’ils n’en ont tout simplement pas. Avec les enfants de la lumière, tout est remis entre les mains de Dieu.

D’aucun trouveront cela ennuyeux. Mais rappelez-vous qu’ils sont « reposés et réjouis dans une forme physique qui leur vient de Dieu. » Les enfants de Dieu sont parfois très amusants parce qu’il n’y a aucune malice derrière leur humour.

Le chemin à emprunter pour devenir un enfant de la lumière implique de tout abandonner à Dieu : ce que les autres pensent de nous, ce que pourraient être leurs mauvaises motivations, les craintes de ce que les autres pourraient penser de nous, l’espoir d’avoir une longueur d’avance. Il nous faut vraiment croire que Dieu « sait ce qu’il fait et qu’il continuera à le faire » (1 Pi 4.19).

Défi pratique

Parcourez ce défi « A quoi ressemblent les enfants de la lumière » et le défi précédent « Les enfants de la lumière » et recopiez les phrases décrivant les résultats que vous aimeriez vraiment voir apparaître en vous. Prenez une phrase clé par sphère. En faisant cet exercice, vous construisez une Vision à laquelle il faudra apprendre à revenir chaque jour.

Au niveau des pensées :

Au niveau des émotions :

Au niveau de la volonté :

Au niveau du corps :

Au niveau des relations sociales :

Au niveau de l’âme :

Pour rappel l’âme correspond à la part de nous qui rend compte de la cohésion ou de l’incohésion entre chaque sphère (pensées, émotions, volonté, corps, relations sociales). Le manque de cohésion entre les parties reflète une âme fragmentée, partagée. (Jc 1.8) Cela est la source des conflits intérieurs et des fatigues spirituelles. Le repos de l’âme dont parle le Seigneur consiste à se mettre à son école pour apprendre à retrouver la stabilité, souvent perturbée par nos propres religiosités et autres jeux de consciences. (Mat 11.28)

Lectures proposées