Comme nous l’avons vu ces dernières semaines, Malachie est un livre vraiment très complet, qui touche de nombreux domaines de la vie. Ci-dessous, un petit résumé de nos récentes découvertes.

Malachie 1 : L’amour de Dieu et notre réponse dans l’adoration
Dieu nous a aimés d’un amour électif (et non pas sélectif). Il nous remet à notre place en déclarant que la foi que nous avons est SON œuvre. Il demande à son peuple : « N’avez-vous rien appris en 70 ans d’exil ? N’avez-vous pas vu le sort réservé à Edom, votre ennemi ? Avez-vous été détruits ? Non. Si je partais en vacances, la terre se détruirait. J’ai tenu mes promesses d’alliance, je vous ai sorti de l’exil. » Dieu redresse et réprimande, mais il mène également à la repentance et à l’espoir. Comme le dit si bien Romains 5.8, il nous a aimés alors que nous étions encore pécheurs. Il a obtenu notre réconciliation. A cet amour, nous répondons par une adoration sans médiocrité, qui recherche toujours plus l’excellence.

Malachie 2 : Reproches adressés aux sacrificateurs et l’alliance du mariage
Dieu rappelle le rôle des sacrificateurs (ou des enseignants de la Parole) et souligne les conséquences dévastatrices lorsqu’ils prennent l’Ecriture à la légère ou versent dans un légalisme à l’extrême. Tous les croyants sont sacrificateurs en Jésus-Christ : notre rôle est de propager la paix et la vie.
Dieu refuse tout mariage dans lequel les conjoints ont chacun une conception totalement différente de la vie et de Dieu. Il rappelle l’importance de la fidélité entre époux et les dégâts de l’adultère sur la génération suivante, ainsi que les ravages d’une utilisation de l’Ecriture hors contexte pour en tordre le sens afin de permettre la débauche sexuelle. Enfin, il rappelle la responsabilité de chacun face à l’Ecriture, conscient de l’amour de Dieu, de son alliance et de ses promesses.

Malachie 3.1-6 : Quels sont nos faux messies ?
Dieu veut nous purifier de toutes les fausses espérances que nous nous donnons, que nous les placions dans des personnes, des objets ou des activités. Il promet de nous combler avec le véritable Messie, qui n’est autre que lui-même. Lui seul est capable d’accomplir ses promesses. En tant que créateur, il connaît nos besoins, nous devons juste accepter que, parfois, c’est douloureux.

Malachie 3.7-16 : Alliance, appel et choix
Dieu nous aime et fait alliance avec nous, il nous appelle à nous tourner vers lui et à le choisir. Cela se reflète dans notre lecture de la Bible en vue de mieux le connaître, dans la réflexion commune entre chrétiens pour affûter notre discernement spirituel et dans la façon dont nous mettons à profit notre portefeuille. Nous faisons circuler l’argent que Dieu nous a confié afin de soutenir ceux qui vivent du service pour Dieu, les personnes fragilisées ou affaiblies, ainsi que pour les fêtes qui rappellent la délivrance que Dieu leur a accordée. Et cela afin de faire connaître son nom sur toute la terre et que d’autres puissent goûter au « pays des délices ». Il souligne également la nécessité de nous rassembler régulièrement pour nous encourager les uns les autres et nous relever mutuellement lorsque nous sommes meurtris quotidiennement par un monde qui a tourné le dos au Seigneur. Dieu connaît ceux qui se donnent la peine de le suivre ; un jour, nous aurons compensation (voir Psaume 73).

Malachie 4 (ou 3.17-24) : Dieu fait justice
Nous sommes les « trésors » de Dieu (traduction Semeur) qui est animé de compassion à notre égard. Cette compassion (« souffrir avec ») est d’ailleurs une qualité des croyants, des fils qui servent leur Père. Dieu nous donne le discernement : un jour, nous verrons la différence entre les justes et les méchants, entre ceux qui le servent et ceux qui s’y refusent, entre les humbles et les arrogants. Il ne restera rien (« ni rameau, ni racine ») de ceux qui auront choisi de ne vivre que pour eux-mêmes sur cette terre car leur vie aura été vaine et inutile. Pour les fidèles au contraire se lèvera le soleil de justice et ses rayons les guériront. Ils seront remplis de joie et la victoire de l’Eternel sera effective. La loi de Moïse nous conduit vers Christ, elle est le moyen pédagogique de nous amener au but ultime qu’est Jésus. « Elie » est le prophète-type qui annonce l’arrivée du jour terrible du jugement. Le but de tout cela ? La restauration, entre autres ramener le cœur des pères vers leurs enfants et vice et versa.