Ils forcèrent un passant qui revenait des champs à porter la croix de Jésus. C’était Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus. Ils conduisirent Jésus à l’endroit appelé Golgotha, ce qui signifie « lieu du crâne ». Ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de myrrhe, mais il ne le prit pas. Ils le crucifièrent, puis ils se partagèrent ses vêtements en tirant au sort pour savoir ce que chacun aurait. C’était neuf heures du matin quand ils le crucifièrent. L’inscription indiquant le motif de sa condamnation portait ces mots : « Le roi des Juifs ». Ils crucifièrent avec lui deux brigands, l’un à sa droite et l’autre à sa gauche. Ainsi fut accompli ce que dit l’Ecriture : Il a été compté parmi les criminels. Les passants l’insultaient et secouaient la tête en disant : « Hé! toi qui détruis le temple et qui le reconstruis en trois jours, sauve-toi toi-même, descends de la croix ! » Les chefs des prêtres, avec les spécialistes de la loi, se moquaient aussi entre eux et disaient : « Il en a sauvé d’autres et il ne peut pas se sauver lui-même ! Que le Messie, le roi d’Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! » Ceux qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient aussi. – Marc 15.21-32 –

Le Jeudi Saint, nous nous rappelons du dernier repas que Jésus a partagé avec ses disciples dans la chambre haute, juste avant son arrestation et sa crucifixion. En anglais, l’appellation Maundy Thursday (Jeudi Saint) vient du latin mandatum novum qui se réfère au « commandement nouveau » donné par Jésus. En Jean 13, il dit : « Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. C’est à cela que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13.34-35) Or, les disciples n’ont pas tout à fait compris à quel point Jésus les aimait.

En prononçant ses dernières paroles, Jésus explique les implications de l’aimer. Cinq fois, il rappelle que cela est lié à l’obéissance à ses commandements. Et cinq fois, il commande de nous aimer comme Il nous a aimés. Il n’y a pas moyen de se tromper : notre amour pour Jésus s’exprime dans notre amour pour les autres. En Christ, nous ne sommes pas uniquement unis à Dieu, nous sommes également liés les uns aux autres, pour le meilleur et pour le pire. Nous sommes entrés dans une famille, celle de Dieu. Et, comme les disciples, nous ne comprenons pas entièrement la portée de l’amour de Jésus pour nous.

Imprégnons-nous de l’amour de Dieu manifesté en Jésus :

  • « Voyez quel amour le Père nous a témoigné pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes ! […] Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté envers nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde afin que par lui nous ayons la vie. Et cet amour consiste non pas dans le fait que nous, nous avons aimé Dieu, mais dans le fait que lui nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. » (1 Jn 3.1, 1 Jn 4.9-10)
  • « En effet, alors que nous étions encore sans force, Christ est mort pour des pécheurs au moment fixé. A peine mourrait-on pour un juste ; peut-être accepterait-on de mourir pour quelqu’un de bien. Mais voici comment Dieu prouve son amour envers nous : alors que nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Ro 5.6-8)
  • « Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Serait-ce la détresse, l’angoisse, la persécution, la faim, le dénuement, le danger ou l’épée ? De fait, il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort à longueur de journée, qu’on nous considère comme des brebis destinées à la boucherie. Au contraire, dans tout cela nous sommes plus que vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. En effet, j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Ro 8.35-39)

Jésus a vécu la vie que nous devions vivre et est mort à notre place afin que Dieu puisse nous adopter. Il envoie l’Esprit de son Fils dans nos cœurs qui crie « Abba, Père ! » (Gal 4.6) Dieu nous donne ce dont nous avons le plus besoin – Lui.

L’amour de Dieu pour nous est puissamment manifesté dans la mort de Jésus à la Croix. Dès lors, nous pouvons comprendre l’amour de Christ et nous y plonger ; dès lors, cet amour nous transperce et nous donne la force de vivre ce nouveau commandement que Jésus nous a laissé.

Réflexion :

1. Demandez à Dieu de vous révéler en quoi vous ne saisissez pas encore pleinement Son amour pour vous. Quels sont les domaines de votre vie où vous êtes encore incrédule ?
2. Passez quelques minutes à méditer les trois versets ci-dessus.

Seigneur Jésus, tu as étendu tes bras d’amour sur le bois rêche de la Croix afin que tous puissent s’y réfugier. Revêts-nous de ton Esprit afin que, les bras ouverts, nous puissions apporter cet amour à ceux qui ne te connaissent pas, qui ne t’aiment pas. Que ton nom soit honoré, amen.

Extrait de Journey to the Cross: Readings & Devotions for Lent de Kendal Haug et Will Walker.
Librement traduit de l’anglais par Eunice Parodi.